Travel and Vaccine Clinic

Devenue, avec l’IMT d’Anvers, l’une des deux structures les plus importantes du pays dans le domaine des conseils aux voyageurs et de leur prise en charge au retour en cas de problème, la Travel and Vaccine Clinic du CHU Saint-Pierre est née en 1991, à la fermeture du Centre de vaccination du Ministère de la Santé à Bruxelles.

TRAVEL & VACCINE CLINIC

Aujourd’hui, la Clinique du Voyage et du Vaccin regroupe une équipe de médecins généralistes, infectiologues, pédiatres et personnel soignant spécialisés dans la prise en charge des patients en terme de vaccinologie, de prévention ou de maladies tropicales.   Tous jouissent d’une formation complémentaire en Médecine Tropicale et/ou une pratique dans les pays en voie de développement.

CONSULTATIONS 

UNIQUEMENT SUR rendez-vous (Pas de consultation le samedi )

Attention: la Travel & Vaccine Clinic sera exceptionnellement fermée le vendredi 27 mai (pont de l’ascension) ainsi que le vendredi 22 juillet (pont de la fête nationale). 

La Travel & Vaccine Clinic propose aussi le Vaccin COVID parmi la liste des vaccins disponibles pour les patients préparant un départ.

Plus de test PCR pré-voyage au CHU Saint-Pierre, veuillez vous orienter vers l’un des autres centres de la région Bruxelloise.

Nous vous rappelons que la plupart des vaccins peuvent être faits chez votre médecin traitant exceptés fièvre jaune et ceux pour les longs voyages ou les voyageurs “spéciaux” (femmes enceintes, enfants, problèmes de santé, personnes âgées).

En fonction de l’affluence et des jours de consultation, vous êtes susceptible d’être reçu par un médecin généraliste formé en Médecine du Voyage ou par un spécialiste.

Cards Only (Bancontact, VISA, Mastercard)

URGENCES

Vous faites de la fièvre au retour d’un voyage?
Prise en charge d’une morsure à risque de rage.

Voyage: préparation

Si nous recevons les patients, uniquement sur rendez-vous, nous vous conseillons
de prendre un rendez-vous au moins un mois avant votre départ afin :

  • d’éviter une attente plus ou moins longue,
  • de disposer de plus de temps pour évoquer les divers problèmes de santé potentiels et les vaccins/prophylaxies éventuellement nécessaires.

Ces consultations sont prodiguées par des médecins généralistes, des spécialistes en médecine interne et maladies infectieuses ou des pédiatres, qui jouissent tous d’une formation complémentaire en Médecine Tropicale et/ou une pratique dans les pays en voie de développement.

Vaccins

Tous les vaccins (y compris contre la rage, les encéphalites japonaises ou à tique centre européenne) sont disponibles sur place. Un carnet est fourni après la vaccination. La Travel & Vaccine Clinic propose aussi le Vaccin COVID parmi la liste des vaccins disponibles pour les patients préparant un départ.

Les recommandations

Entre autres concernant la malaria et les diarrhées, se concluent par des ordonnances et sont rappelées dans les nombreuses sources d’informations distribuées:

  • une bande dessinée (Belgique oblige!) avec lexique détaillé des principaux problèmes et pharmacie de voyage ;
  • le Passeport Santé (de Question Santé) ;
  • une feuille détaillée concernant malaria et diarrhée ;
  • des dépliants concernant d’autres maladies sont également disponibles sur place.

Attention: Pour les longs voyages, plusieurs pays visités, les voyages aventureux, les groupes de plusieurs personnes,…. il est fortement conseillé de prendre un rendez-vous au minimum 15 jours à 1 mois avant votre départ.

Voyage: à votre retour

Vous rentrez de voyage avec un problème de santé?

Pour les voyageurs revenant avec – ou ayant présenté sur place – un problème de santé, des consultations sur rendez-vous sont possibles du mardi matin au vendredi matin, par des spécialistes (internistes comme pédiatres) en maladies infectieuses et tropicales.

En cas d’urgence (température importante,..), nous conseillons de se présenter au service des Urgences du CHU Saint-Pierre pour une prise en charge immédiate.

Nous sommes également disponibles (sur rendez-vous) pour effectuer un check-up au retour d’un long voyage/voyage aventureux ou s’il y a eu, lors du voyage, une exposition à un risque particulier (bilharziose/schistosomiase, IST,…).

 

L’hépatite A

L’hépatite A est causée par un virus. Les symptômes  comportent des malaises, avec une fatigue plus ou moins importante (qui peut durer des semaines), une perte d’appétit avec nausées  et vomissements et une jaunisse.

L’hépatite B

L’hépatite B est une maladie causée par un virus extrême-ment contagieux, dont la transmission d’une personne à l’autre se fait par l’intermédiaire des fluides corporels comme le sang et le sperme.

Le tétanos

Le tétanos est dû à une bactérie, Clostridum tetani, présente dans le tube digestif des herbivores, et dans le sol, où elle est très résistante.

La diphtérie

C’est une bactérie, Coryne- bacterium diphteriae, qui est à l’origine de la diphtérie. Elle sécrète une toxine très puissante qui s’attaque à la plupart des organes du corps humain mais surtout au cœur et au système nerveux. La diphtérie peut s’attraper dans de très nombreux pays, et pas seulement dans le Tiers-Monde.

La poliomyélite

La poliomyélite est occasionnée par un virus hautement contagieux, à l’origine de paralysies progressives, pouvant entraîner le décès ou des séquelles neurologiques persistantes. La transmission s’effectue essentiellement par voie féco-orale (car le virus vit dans l’intestin), lorsque de l’eau contaminée par des excréments est bue ou sert à arroser des légumes ou des fruits consommés crus.

La rougeole

Il existe un vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons. Des trois maladies contre lesquelles ce vaccin protège, c’est la rougeole qui  concerne  plus  directement  le voyageur.

La rougeole est une maladie causée par un virus. Bien connue des plus âgés d’entre nous, elle se manifeste par de la température, un nez qui coule, une importante toux et de la conjonctivite. Ce n’est qu’ensuite qu’apparaît l’éruption caractéristique.

La fièvre typhoïde

Il s’agit d’une maladie causée par une bactérie du nom de Salmonella typhi. La transmission s’effectue par l’intermédiaire d’aliments ou d’eau contaminés. La maladie associe une fièvre importante et une sensation très prononcée de malaise.

La schistosomiase

Il s’agit d’un parasite dont le cycle de vie, complexe, a besoin d’un mollusque (“escargot”) qui vit dans les eaux douces, calmes (retenues de barrage, étangs, lacs, larges rivières,… souvent bordés de roseaux ou de rochers).

La méningite

Il s’agit d’une méningite due à une bactérie, le méningocoque, qui survient chaque année, par poussée plus ou moins intensive, dans certains pays d’Afrique sub- saharienne. Ce risque n’existe que de fin novembre à fin juin et est limité aux voyageurs en contact étroit avec la population locale, ou qui y séjournent plus d’un mois. Une autre indication est un voyage à la Mecque (seulement un vaccin tétravalent est recommandé).

L’encéphalite à tique centre-européenne

Il  s’agit  d’un  virus  transmis  par  la piqûre de tiques dans de nombreuses zones forestières d’Europe Centrale (dont l’Allemagne et l’Autriche). L’infection peut, chez certaines personnes, provoquer une inflammation grave du cerveau (encéphalite) qui peut laisser des séquelles neurologiques. Comme chez nous, les tiques s’acquièrent lors de randonnées (scouts, courses d’orientation,etc.) dans les sous-bois, les hautes herbes,….

L’encéphalite japonaise

Elle est due à un virus transmis par la piqûre de certains moustiques actifs la nuit (comme ceux qui transmettent la malaria). Il s’agit d’une maladie des campagnes, dans des zones de rizières et d’élevage porcin.

Diarrhées du voyageur

Il s’agit du problème de santé le plus fréquent, qui peut  toucher 30 à 60 % des voyageurs partant plus de 2-3 semaines sous les tropiques. Elles peuvent être dues à des bactéries, mais aussi à des parasites ou des virus.

La malaria

La malaria est due à un parasite, le plasmodium, dont il existe 4 formes différentes. Seule l’une d’entre elles donne les formes graves de la maladie, où la fièvre, les frissons, les douleurs musculaires peuvent évoluer vers une insuffisance de divers organes, dont les reins et le cerveau conduisant parfois au coma, puis à la mort.

La dengue

Cette maladie virale est transmise par la piqûre des mêmes moustiques qui transmettent la fièvre jaune, et qui piquent de jour.

La fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie virale transmise par certains moustiques qui piquent durant la journée. Si dans la majorité des cas, la fièvre jaune prend l’allure d’une grippe, dans 10% des cas la personne souffre d’une jaunisse (d’où le nom de la maladie), qui peut s’accompagner de graves hémorragies, par défaillance du foie mais aussi d’autres organes.

La coqueluche

Les toxines secrétées par la bactérie à la base de cette infection des voies respiratoires provoquent de fortes toux, qui peuvent être mortelles pour des petits enfants, et des toux chroniques chez les adultes. Des cas surviennent chaque année car la vaccination des enfants ne commençant qu’à deux mois, et la protection conférée par le vaccin n’est satisfaisante qu’après quelques mois encore.

Le chikungunya

Comme la dengue ou la fièvre jaune, cette maladie virale est transmise par une espèce de moustiques qui ne piquent que le jour.  Elle s’étend de plus en plus, depuis l’Afrique équatoriale (où elle fut découverte) vers tous les pays limitrophes de l’Océan indien et, plus à l’est, vers l’Indonésie, la Malaisie, etc.

L’embolie pulmonaire et la thrombose veineuse

La position « immobile » gardée pendant des heures dans tous les moyens de locomotion au long cours (avion, mais aussi bus, train, voiture, etc.) facilite la formation de caillots (thrombus) dans les veines du bas du corps, des jambes en particulier.

Préparation au départ au Hadj/Umra

Chaque année, en prévision du Hajj, une structure spéciale de prise en charge des pélerins partant à la Mecque est mise en place pendant un mois.

Nous vous prodiguons un accueil et des conseils personnalisés pour ces circonstances particulières, ceci en coordination avec les responsables du Centre Islamique à Bruxelles.

Consultation Rage

Qu’est-ce qu’une exposition à la rage ?  Le virus de la rage est transmis par un contact avec la salive d’un mammifère infecté, soit par morsure/griffure soit par contact avec les muqueuses (léchage).

Quel animal est à risque de rage ? Tout mammifère en dehors de l’Europe Occidentale, du Japon, de l’Australie.  En Belgique seules les chauves-souris peuvent être porteuses de la rage.  La première précaution à prendre est donc d’éviter un contact étroit avec ces animaux, quelque que soit votre sympathie pour ceux-ci. Attention, un animal enragé n’est pas toujours agressif, il peut aussi être anormalement calme.

En pratique, lors d’un voyage, les animaux les plus souvent impliqués sont les chiens, les chats et les singes.

Lorsque la maladie se déclenche chez l’être humain (après quelques semaines voire plusieurs mois), elle évolue toujours vers la mort par atteinte du cerveau.

Si vous vous faites mordre, nettoyez dès que possible la plaie avec de l’eau et beaucoup de  savon pendant une dizaine de minutes (ce qui va éliminer déjà une partie du virus), puis rendez vous dans un hôpital sur place pour recevoir des vaccinations contre la rage. Il s’agit en effet d’une des seules maladies pour laquelle la vaccination après le contact protège de l’infection, mais elle doit avoir lieu le plus rapidement possible.

De retour en Belgique:

Dans le cas d’une exposition avec saignement : vous devez recevoir des immunoglobulines (serum) dans la plaie : si cela n’a pas été fait dans le pays où est survenue l’exposition, contactez l’Institut de Médecine Tropicale à Anvers au numéro suivant: 0902 88 0 88  aux heures ouvrables (9-12h, 13-17h en semaine). En dehors des heures ouvrables: contactez les urgences de l’UZ Antwerpen au numéro suivant:03 821 30 00

Si la plaie n’a pas saigné, ou que vous avez déjà reçu les immunoglobulines, présentez vous à la Travel & Vaccine Clinic pour la suite de la prise en charge (suite des vaccins, demande d’avis, déclaration de cas)

Vaccination

La Travel & Vaccine Clinic est à votre disposition pour parler de nombreuses questions concernant les vaccins que se posent souvent et légitimement les patients.   

  • Vaccinations de rattrapage, réalisation des rappels de vaccins ; discussions et avis à propos de nouveaux vaccins
  • Préparation à l’immuno-dépression : consultation ImmunoStart
  • Réalisation d’études cliniques en  vaccinologie et en médecine tropicale
  • Vaccination des populations fragiles ou particulières

Nous sommes confrontés ces dernières années à une augmentation majeure des voyages internationaux, au vieillissement de nos populations, à des migrations de grande ampleur, à l’explosion des maladies chroniques, à l’avènement des traitements biologiques: ces évolutions nécessitent de repenser régulièrement la place des vaccins dans la gestion de notre santé et plus globalement dans notre société.  

L’arrivée régulière de nouveaux vaccins, de nouvelles recommandations vaccinales , la ré-apparition d’anciennes maladies (coqueluche, rougeole, ..) mais aussi l’émergence des lobbys anti-scientifiques et anti-vaccination mènent à  la nécessité d’une expertise en vaccinologie, qu’offre la Travel & Vaccine Clinic.

La communication insuffisante de données scientifiques compréhensibles ces dernières années et les hésitations de certains, le tout amplifié par des médias d’une efficacité redoutable, se sont conjugués pour égratigner l’image de la vaccination dans le public et laisser libre cours aux spéculations sur son efficacité ou sa toxicité.

On ne peut pourtant pas nier que la vaccination systématique a permis d’éradiquer des maladies, telle la variole et quasiment la poliomyélite, que la réduction de la  couverture vaccinale de la population a clairement entraîné la recrudescence de certaines maladies comme la rougeole.

Immunostart

La consultation ImmunoStart a été ouverte début  2016. Elle est destinée aux patients allant démarrer ou ayant déjà démarré un traitement immunosuppresseur.

Le but de cette consultation est de :

  • mettre en ordre les vaccinations de base et administrer les vaccins particulièrement indiqués pour les patients sous immunosuppresseurs
  •  anticiper les voyages nécessitant des vaccins spécifiques (dont certains sont contre-indiqués pendant un traitement immunosuppresseur) ;
  • dépister (et parfois traiter) des infections latentes qui pourraient se réactiver pendant le traitement IS ex: tuberculose, certains parasites ;
  • donner des conseils d’hygiène de vie à appliquer lorsqu’on est traité par un IS ex: jardinage, alimentation, dentiste ;
  •  donner des conseils concernant l’entourage familial de la personne sous IS
Maladies émergentes

Maladies émergentes
·    Diagnostic et traitement de la Maladie de Lyme;
·    Conseils pour les patients exposés au virus Zika, dépistage du Zika virus au retour d’une zone endémique;
·    Surveillance des épidémies mondiales (Zika, fièvre Jaune, malaria, MERS-CoV Middle East Respiratory Syndrom Coronavirus,…) et européennes (rougeole, encéphalite à tiques, méningites,etc).

Zones avec virus ZIKA

Prévention mutilations génitales féminines

Les professionnels de la santé travaillant à la Travel & Vaccine Clinic sont sensibilisés à cette problématique, travaillent en collaboration avec le GAMS et utilisent les outils que cette association met à leur disposition pour aborder et discuter des MGF lors de la consultation.

A propos des MGF: Prévalence et distribution (source: site du GAMS)

Malgré un manque de données complètes pour tous les pays concernés, les mutilations sexuelles sont recensées dans 33 pays, dont 28 pays subsahariens et plusieurs pays de la péninsule arabique et également en Asie (Indonésie). Comme l’indique la figure ci-dessous, la fréquence des MGF est très variable selon les pays : elle atteint 99% en Somalie, mais est inférieure à 5% en Ouganda. Leur distribution varie en fonction des régions et des groupes sociaux.

L’excision est pratiquée principalement en Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République Centrafricaine, Côte d’Ivoire, Gambie, nord du Ghana, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo et Tchad), mais aussi au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie.

L’infibulation est pratiquée dans la Corne de l’Afrique (Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Somalie), en Égypte, au Soudan, dans le sud de la péninsule arabique.
Dans certains pays (Égypte, Mali, Nigeria et Sénégal), on observe l’une et l’autre.

Qu’est-ce que l’excision ?

Les mutilations génitales féminines (MGF) ou excision sont définies comme « toutes les interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre mutilation des organes génitaux féminins pratiquée pour des raisons culturelles ou religieuses ou autres et non à des fins thérapeutiques » (OMS, 1997).

Quelles sont les conséquences de l’excision:

Les mutilations génitales féminines peuvent avoir des répercussions majeures sur la vie des femmes.

Parmi celles-ci on distingue les conséquences immédiates (hémorragie, infection, traumatisme psychologique, décès) des conséquences à moyen et long termes (douleurs, troubles de la sexualité, infections à répétition et complications lors de l’accouchement).

CeMaViE: Le CeMAViE ou Centre Médical d’Aide aux Victimes de l’Excision est une structure d’accueil destinée à la prise en charge des complications des mutilations génitales féminines (MGF).

CeMaViE: 320 Rue Haute, 1000 Bruxelles, tous les mardis 14-17h

Carte du GAMS

 

Afspraak maken

Diensthoofd

Secretariaat

(niet voor een afspraak)

Fax

+32 2 506 75 64

Onze sites voor consultatie

Hallepoort

105 rue aux Laines
1000 Bruxelles

Alexiens / César de Paepe

13 rue des Alexiens
1000 Bruxelles

Ons team

Skip to content