Spécialité:

Chirurgie du Genou

Le genou est une articulation importante dans l’activité quotidienne de chacun. Le plus souvent elle est touchée lors de traumatisme (chez le patient jeune, actif) ou par des processus dégénératifs comme l’arthrose (chez les patients âgés). L’équipe chirurgicale de CHU Saint-Pierre prend en charge les pathologies de cette articulation, en se penchant sur un traitement minimal invasif, prompt et spécifique à chaque patient.

Qu’est-ce que l’arthroscopie ?

La chirurgie arthroscopique est une procédure qui est utilisée pour examiner l’intérieur d’une articulation. A travers une petite incision (0.5 cm environ) une petite caméra, de la taille d’un crayon, est insérée dans l’articulation. En utilisant un ou plusieurs autres petites incisions, le chirurgien peut traiter les lésions, retirer ou suturer un ménisque déchiré par exemple…

L’arthroscopie permet également à votre chirurgien d’inspecter le reste de l’articulation du genou, à la recherche de signes d’arthrite, de problèmes du cartilage du genou ou des ligaments.

  1. Est-ce douloureux ?

Habituellement, un minimum de douleur est associé à la chirurgie arthroscopique du genou (réalisée sous péridurale). Un anesthésiste s’en assure pendant toute la procédure. Après l’intervention, des antidouleurs seront à prendre. L’application du froid et le maintien du genou surélevé sont aussi recommandés les premiers jours après la chirurgie.

Pour la plupart des procédures arthroscopiques du genou, les béquilles sont utilisées uniquement pour le confort. Cependant, certaines procédures peuvent exiger l’utilisation plus prolongée de béquilles (reconstruction du ligament croisé et la réparations des ménisques).

  1. Quelle anesthésie ?
  • l’anesthésie générale vous permet de dormir pendant la procédure. Un anesthésiste surveille votre respiration et les signes vitaux tout au long de la chirurgie.
    • l’anesthésie régionale permet aux patients de rester éveillés pendant la procédure.
  1. Les complications

Elles sont rares et sont représentées par l’infection, l’hématome interarticulaire, les phlébites, les embolies pulmonaires et le syndrome des loges. Les signes précurseurs sont bien connus et permettent d’agir rapidement, dès l’apparition des premiers symptômes.

  1. La récupération après la chirurgie

Les patients qui bénéficient d’une chirurgie arthroscopique pour une déchirure du ménisque peuvent reprendre leurs activités normales rapidement (quelques jours voire un long week-end). Si une partie du ménisque est enlevé (méniscectomie partielle), il y a généralement peu de restrictions d’activité : les patients peuvent marcher normalement tant qu’ils n’ont pas mal.

Pour la plupart des méniscectomies, les patients peuvent reprendre leurs activités selon la tolérance : La plupart des patients marchent en quelques jours/une semaine, font du jogging dans un mois et retournent au sport dans les 4 à 8 semaines.

Votre médecin vous indiquera un programme de rééducation spécifique, car il peut y avoir des raisons pour protéger votre genou pendant une période de temps plus longue.

Les lésions ligamentaires

Les os du genou sont inter- reliés par des ligaments. Il existe 4 ligaments principaux qui agissent comme des cordes pour maintenir les os entre eux et permettre la stabilité du genou.

Les ligaments collatéraux sont situés sur les côtés du genou. Ils contrôlent le mouvement latéral du genou et protège contre les mouvements inhabituels /atypiques. Les ligaments croisés sont situés à l’intérieur de l’articulation du genou. Ils se croisent pour former un « X » et contrôlent le déplacement antérieur et postérieur du genou.

Les entorses du genou correspondent à une atteinte plus ou moins grave de chaque ligament. On parle d’entorse bénigne lorsqu’un des deux ligaments collatéraux a présenté une élongation (étirement de ses fibres sans rupture). Les entorses de gravité moyenne correspondent à une rupture d’un des deux ligaments collatéraux. Il existe à ce stade une laxité du genou. Les entorses graves correspondent à une rupture d’un ou des deux ligaments croisés plus ou moins associée à une lésion des ligaments collatéraux.

Les ostéotomies
  1. Procédure chirurgicale

Une opération d’ostéotomie de genou dure généralement entre 1 et 2 heures.

Votre chirurgien fera une incision à l’avant de votre genou, en commençant en dessous de la rotule. Il devra planifier la taille correcte de la cale en utilisant des broches de guidage. Il coupe le long des broches de guidage, puis retire un coin osseux. Il va rassembler les os afin de combler l’espace créé par la suppression du coin. Il fixera les 2 segments osseux par une plaque et des vis pour les maintenir en place jusqu’à la guérison d’ostéotomie.

  1. Les suites postopératoires

Selon la complexité de l’opération et de vos capacités de récupération, vous pouvez rester à l’hôpital une ou deux nuits. Vous aurez besoin d’utiliser des béquilles pendant environ deux mois pour que votre os guérisse correctement. La réadaptation peut prendre plusieurs semaines et comprendra des exercices visant à :

  • renforcer vos muscles de la cuisse (quadriceps)
  • Augmenter l’amplitude de mouvement de votre genou

Parfois, une attelle est utilisée pour soutenir l’os alors qu’il guérit.

Les prothèses du genou

Ces interventions sont réservées aux patients, souvent de plus de 60ans, qui sont atteints d’arthrose de genou. On peut remplacer une partie du genou (prothèse unicompartimentale) ou toute l’articulation (prothèse totale).

  1. Comment se déroule la chirurgie de remplacement du genou?

L’intervention est réalisée soit sous anesthésie générale, soit sous rachianesthésie. Une incision de 8 à 12 cm est faite à l’avant du genou. La partie endommagée de l’articulation est enlevée de la surface de l’os, et les surfaces sont ensuite préparées pour recevoir la prothèse.

  1. Récupération

La durée moyenne de séjour à l’hôpital après prothèse du genou est de 5 à 7 jours.

Les patients commencent la mobilisation de l’articulation le lendemain de la chirurgie. Au début, ils marchent à l’aide de barres parallèles, puis un dispositif de marche – comme des béquilles-sera utilisé jusqu’à ce que le genou soit capable de supporter le poids du corps. Après environ six semaines, la plupart des gens se promènent confortablement avec une assistance minimale. Quand la force musculaire est retrouvée, les patients porteurs d’une prothèse de genou, peuvent profiter de la plupart des activités (la course et le saut étant cependant déconseillés).

Prendre rendez-vous

Chef de clinique

Chef de service

Secrétariat

(ne donne pas de rendez-vous)

Fax

+32 2 535 32 58

Notre équipe

Sorry, No posts.

Nos brochures

Sorry, No posts.
Aller au contenu principal