Plus que toute autre spécialité, la chirurgie cardiaque repose sur un travail d’équipe, où le rôle de chacun est déterminant : cardiologues, anesthésistes, chirurgiens, mais aussi perfusionnistes, assurant le fonctionnement de la machine cœur-poumon artificiels, équipe des soins intensifs, infirmières, kinésithérapeutes…


La chirurgie cardiaque concerne principalement trois types de pathologies :

  • les maladies des artères coronaires (artères nourricières du muscle cardiaque)
  • les maladies des valvules intracardiaques
  • les malformations congénitales du cœur et des gros vaisseaux.

Déroulement de l’intervention

Dans le cadre d’une chirurgie programmée, le patient est hospitalisé le plus souvent la veille ou l’avant-veille de la date convenue pour son intervention. Un bilan standard est réalisé à l’admission, comportant notamment une prise de sang, une radiographie du thorax et un électrocardiogramme. D’autres examens spécifiques sont planifiés dans le cadre du bilan préopératoire : coronarographie, échographie du cœur, doppler des carotides, étude de la capacité pulmonaire, etc. La consultation anesthésique préopératoire permet de préparer au mieux le patient à l’intervention et d’assurer la gestion de la douleur éventuelle.

L’intervention chirurgicale

Sous anesthésie générale, l’approche du cœur se fait dans la grande majorité des cas à travers une sternotomie médiane, incision qui consiste à sectionner le sternum dans le sens de la longueur. Une fois le cœur abordé, la circulation extra-corporelle (CEC) est installée puis mise en route. Elle comporte une pompe et un oxygénateur et permet de suppléer à la fonction du cœur (la circulation sanguine) et à celle des poumons (assurer les échanges gazeux). Dès lors, cœur et poumons peuvent être arrêtés durant un délai suffisant sans pour autant causer de dommage aux organes Cela permet au chirurgien d’effectuer le geste cardiaque proprement dit, sur un cœur vide et arrêté. Une fois la réparation cardiaque achevée, le cœur est remis en charge, il reprend ses battements, les poumons sont de nouveau ventilés et la CEC est arrêtée de façon progressive. Pour terminer, la sternotomie est refermée plan par plan et 2 ou 3 drains sont laissés en place dans la cavité thoracique.

Le séjour aux soins intensifs

A la fin de l’intervention, le patient est transféré au service de soins intensifs. Il est toujours endormi et sous ventilation artificielle. Durant les premières heures postopératoires, les plus délicates, ses différents paramètres sont étroitement surveillés. Une fois ces paramètres stabilisés, il sera progressivement réveillé, sevré de la ventilation artificielle et son tube trachéal sera retiré. Le séjour aux soins intensifs dure en moyenne 2 jours, au terme desquels le patient va regagner l’unité d’hospitalisation.

Le séjour postopératoire en unité d’hospitalisation

Ce séjour va durer en moyenne une semaine. L’examen clinique et certains examens complémentaires pratiqués en routine permettent de s’assurer de l’absence de toute complication postopératoire. La kinésithérapie est entreprise précocement et de façon active. Elle a pour but de lutter contre les complications respiratoires et de permettre une reprise aussi précoce que possible de l’autonomie.

La convalescence

Le plus souvent, en quittant l’hôpital, le patient peut regagner directement son domicile. Il peut aussi, s’il le souhaite et si son état le nécessite, effectuer un séjour de quelques semaines dans un centre de convalescence extrahospitalier ou dans notre centre de revalidation cardiaque sur le site César De Paepe. Dans tous les cas, la poursuite de la kinésithérapie puis de la revalidation est fortement conseillée. Elle permet une récupération optimale des capacités physiques et la reprise des activités habituelles. Un suivi médical régulier est impératif après l’intervention : il sera assuré par le médecin et le cardiologue traitants.


Horaires disponibles

  Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
Porte de Hal - - 9:00-12:00 13:30-17:00 - - -
César De Paepe - - - - - -

Responsables de l'équipe médicale

  • Didier de Cannière
    Didier de Cannière Spécialités chirurgicales