La Ville de Bruxelles lance une campagne pour la protection du Docteur Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018

, mercredi 26 août 2020

Ce mardi 28 août, la Ville de Bruxelles lance une campagne pour dénoncer des menaces et venir en aide à la protection du Docteur Mukwege. Denis Mukwege, surnommé « le docteur qui répare les femmes » a fondé en septembre 1999 l’Hôpital de Panzi à Bukavu où près de soixante mille femmes et fillettes victimes de viol ont depuis été soignées. Chaque jour, une dizaine de survivantes de ces viols commis comme actes de guerre sont accueillies dans son hôpital. Il a ainsi réussi à sensibiliser le monde aux massacres qui se déroulent dans l’est du Congo.

L’observatoire pour la protection des Droits de l’Homme a été informé par des sources fiables d’actes d’intimidation et de menaces de mort visant le Docteur Denis Mukwege. Les récentes menaces font suite à la dénonciation par le Docteur Mukwege du massacre perpétré dans le village de Kipupu (Sud-Kivu) les 16 et 17 juillet, faisant 200 morts et disparus. La Ville de Bruxelles s’associe résolument à la demande internationale de protection du Docteur Mukwege en exigeant que toutes les mesures soient prises pour assurer sa sécurité, celle de sa famille et celle du personnel médical de l’Hôpital de Panzi.

Depuis de nombreuses années, la Ville de Bruxelles à travers l’Hôpital Saint-Pierre, l’ULB et notamment le Professeur Guy-Bernard Cadière et ses équipes, soutient financièrement le Docteur Denis Mukwege. Le personnel soignant des deux hôpitaux travaille conjointement pour une prise en charge dans les meilleures conditions des victimes de violences sexuelles. Le Docteur Denis Mukwege est professeur à l’ULB depuis 2017 et a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 2018.

Une campagne digitale avec projection sur les 70 écrans digitaux de la Ville débutera ce mardi 25 août ainsi qu’une projection sur l’écran place de Brouckère, et ceci durant tout le mois de septembre. Un hashtag #ProtectDrMukwege est lancé pour dénoncer cette injustice sur les réseaux sociaux. La Ville de Bruxelles va également soulever le problème en envoyant une lettre officielle à des organismes internationaux (Commissaires européens, Président du Conseil et du Parlement européen, Secrétaire général de l’ONU et de l’OCDE, au Directeur du Comité Nobel, au Président de la Fondation Roi Baudouin,…) afin de demander des mesures de protection rapides du Docteur Mukwege.

 « Je tiens à partager mon inquiétude ainsi que celle du Professeur Cadière suite aux différentes pressions et intimidation que subit le Docteur Denis Mukwege, sa famille et ses équipes. S’en prendre à sa personne serait, tout simplement, détruire les valeurs d’humanité qu’il fait vivre par son action dans la région dévastée par les violences du Sud-Kivu en République démocratique du Congo. Il est urgent que les Affaires étrangères, que j’ai interpellées à ce sujet et le Gouvernement fédéral fassent pression pour que l’ONU assure sa protection. Nous continuerons à nous battre à ses côtés pour plus de justice en RDC. » nous dit Philippe Close, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles. Il y rajoute « J’encourage à partager un maximum le hashtag #ProtectDrMukwege sur les réseaux sociaux. On ne peut plus se taire et nous devons chacun, à notre niveau, soutenir son combat ! »

 

Contact Presse :

Cabinet du Bourgmestre :  Maïté Van Rampelbergh, maite.vanrampelbergh@brucity.be, 0498 48 37 13