Semaine européenne de la vaccination: fédérer les professionnels pour mieux informer

COMMUNICATIE Dienst, vendredi 20 avril 2018

Mercredi 18 avril 2018 — A l’occasion de la semaine européenne de la vaccination (du 23 au 29 avril), l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola attire l’attention sur l’importance de l’information des professionnels et du public en matière de vaccination, en collaboration avec le CHU Saint-Pierre, les Hôpitaux Iris Sud, le CHU Brugmann, l’Institut d’Immunologie Médicale de l’ULB et les étudiants du BEMSA ULB.


  • Etude vaccination : les parents demandent davantage de transparence et d’objectivité
  • Un contexte de mise en danger de la couverture vaccinale en Belgique
  • Professionnels de la santé, influenceurs et médias, relais de la campagne de l’OMS vers le grand public
  • Nos ambassadeurs sur le blog www.huderf30.be durant la semaine de la vaccination
    • Vaccination et douleur : nos conseils aux soignants et aux médecins
      • Boîte à outils : www.jeutesoigne.be pour aider les parents et les soignants à préparer les enfants aux soins médicaux
    • Deux vaccins recommandés chez la femme enceinte
    • Prévenir la méningite par la vaccination
    • Micro-trottoir : que pense le public de la vaccination ?
    • Les parents témoignent
  • Invitation : un séminaire se tiendra le 27 avril à l’HUDERF (diffusé simultanément au CHU Saint-Pierre et accessible en ligne pour les professionnels et les journalistes)

[Etude] Notre système actuel de vaccinologie ne répond que partiellement aux attentes des parents
Si les professionnels jouent un rôle central pour répondre aux questions et inquiétudes de leurs patients vis-à-vis de la vaccination, notre système actuel de vaccinologie ne répond que partiellement aux attentes des parents. Voilà en somme ce que révèle une étude menée par Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola auprès de parents d’enfants de la région de Bruxelles-capitale dans le but de mieux comprendre les perceptions des parents à l’égard des vaccins. Une nouvelle enquête est en cours auprès des professionnels de la santé.

Contexte] Une augmentation significative des cas de coqueluche, de rougeole et de diphtérie
Les chiffres sont là, l’OMS parle de 19 millions d’enfants dans le monde qui ne sont pas, ou pas assez, vaccinés. Cette faille dans la couverture vaccinale engendre une réapparition de maladies dites évitables par vaccination. Et dans les faits, en Belgique, nous observons une augmentation significative des cas de coqueluche, de rougeole et de diphtérie. Ces maladies sont sévères et entraînent des hospitalisations prolongées, des séquelles parfois irréversibles et des décès.

En Belgique, on a recensé 369 cas de rougeole lors de l’épidémie de 2017, la plupart en Wallonie. En Europe, 21.315 personnes ont été touchées par la rougeole, et 35 personnes sont décédées. C’est 4 fois plus que les 5.273 contagions de 2016 (chiffres OMS 2017). Chaque année, la coqueluche tue 1 à 5 enfants.

[Protégés ensemble] Un engagement qui s’inscrit dans le cadre de la campagne OMS
La nouvelle campagne de l’OMS – Organisation Mondiale de la Santé – « Protégés ensemble, #LesVaccinsCaMarche » met l’accent sur le rôle de chacun sur la question de la vaccination. Le but de la campagne est d’une part, de souligner l’importance de la vaccination et les lacunes de la couverture; d’autre part, de signaler aux pays donateurs l’intérêt des vaccins et l’importance d’investir dans les efforts de vaccination, et pour finir de montrer comment chacun peut et doit contribuer aux progrès en matière de vaccination.

[A paraître] Relais d’expertises sur le blog pendant la semaine de la vaccination

  • Vaccination et douleur : nos conseils aux soignants et aux médecins

La douleur associée à l’injection de vaccins demeure une source d’inquiétude et d’anxiété chez les enfants et les parents. On estime que près de 25% de la population présente une crainte des aiguilles et 10% évitent la vaccination et les centres de soins à cause de cette peur. Celle-ci se développe principalement dans l’enfance. La douleur laisse une trace dans leur mémoire. Il est donc important de mettre en place des procédés afin de diminuer la douleur lors des injections afin d’empêcher le développement de peur et de comportement d’évitement. Comment diminuer la douleur et l’anxiété associées à l’administration des vaccins ?

L’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola (HUDERF) et l’association ABELDI ont lancé en 2016 un outil pour aider les enfants et leurs parents à mieux appréhender la douleur. La plateforme www.jeutesoigne.be défend la distraction comme outil de soin pour prévenir la douleur et propose aux parents, aux patients et aux soignants des jeux et des informations pour améliorer la prise en charge de la douleur.

  • Deux vaccins recommandés chez la femme enceinte

Contrairement aux idées reçues, l’administration de certains vaccins pendant la grossesse a clairement démontré ses avantages.  D’abord, une femme enceinte recevant un vaccin sera elle-même protégée de la maladie et de ses complications.  Ensuite, elle fabriquera un grand nombre d’anticorps contre la maladie qui pourront être transférés au fœtus via le placenta et par là protéger celui-ci pendant les 3 à 6 premiers mois de  sa vie.  Ce sont pendant les premiers mois de la vie, justement, que le nouveau-né est le plus vulnérable et que son système immunitaire n’est pas prêt à « répondre » à des vaccins.

  • Prévenir la méningite par la vaccination

Le méningocoque est une bactérie qui est responsable d’infections graves entraînant principalement des méningites. Le personnel soignant s’inquiète de la fulgurance d’une forme extrêmement sévère d’infection à méningocoque aux séquelles irréversibles, qui entraîne le décès du patient dans 20 à 25% des cas. Cette infection représente donc un risque pour la population, et notamment pour enfants de moins de un an, les adolescents et les jeunes adultes. Trois vaccins existent pour prévenir les infections à méningocoque, donc une nouvelle formule.

  • Micro-trottoir : les étudiants en médecine de l’ULB expliquent la vaccination en six minutes

Quelles sont les idées reçues qui circulent dans l’opinion publique ? Deux étudiantes de l’ULB et membres de la Belgium Medical Students Association, ont réalisé un micro-trottoir sur les grandes questions liées à la vaccination. Ils ont condensé les questions des passants et leurs réponses dans une capsule vidéo.

  • Les parents témoignent

Suite à la première campagne d’information de l’HUDERF, certains parents de nos patients ont souhaité faire entendre leurs voix sur la vaccination et la non-vaccination.

[Invitation presse] : séminaire et webinar du 27 avril à 17h
 

Vous souhaitez vous entretenir avec nos experts ?

  • Pr Pierre Smeesters, Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, ULB à propos de la prise en charge de la douleur lors des vaccinations
  • Dr Sarah Jourdan, Hôpitaux Iris Sud, ULB à propos de la vaccination contre le méningocoque du groupe B
  • Dr Tessa Goetghebuer, Centre Hospitalier Universitaire Saint-Pierre, ULB à propos de l’immunité de groupe, une responsabilité collective
  • Pr Arnaud Marchant, Institut d’Immunologie Médicale ULB à propos de la vaccination de la femme enceinte


Contact presse et informations complémentaires
Maud Rouillé

Responsable communication
Maud.rouille@huderf.be
0490/493.111